EK

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-flickr

Les années Symbolic Design

De 1978 à 1998, Jean-Michel et moi nous sommes consacrés au design (produits, architecture intérieure et graphisme). Notre passion pour les symboles, l'archéologie, les citations culturelles est devenu notre "vocabulaire de formes". Proposer un design typé aux grandes marques, raconter chaque fois une histoire, nous a permis des aventures passionnantes avec nos clients. 

 

 

 

 " Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? "

Ce petit magicien illustre notre philosophie et notre rapport aux l'objets.

Cette comprosition insiste sur le pouvoir d'évocation des objets.

Le mystère est un charme que nul discours ne dévoile. 

Donner un supplément d'âme aux objets, c'est s'intéresser à leur histoire, à leurs racines. Victor Hugo disait  : " La forme, c'est le fond qui vient à la surface ".

 

Jean-Michel était un designer-archéologue et nous cherchions ce qui reliait la marque commanditaire à la symbolique de l'objet.

 

En ce qui me concerne, je n'ai jamais eu à me poser la question de la vie intriqnèque de l'objet, tant la matière m'a toujours semblée vivante.

 

Les débats acharnés sur la fonctionnalité des objets ne cesse de m'affliger. 

Un objet dit fonctionnel (dévolu à une foncrtion déterminée), est censé se cantonner à sa destination première. Or que se passe-t-il lorsque l'on s'approprie cet objet ?

 

Exemple :

Si l’on prend un objet comme le rabot, sa fonction est de raboter.

Si le rabot que vous utilisez appartenait à un grand-père que vous aimez, en utilisant cet objet, il vous fera penser à ce grand-père.

Vous aurez inconsciemment ajouté une valeur affective à cet objet.

À la fonction raboter s'ajoute la fonction souvenir et donc affect.

 

La valeur affective d’un objet dépend de son utilisateur. Mais on ne peut nier qu'elle existe.

Ci-contre, le poème de Lamartine où figure le vers en chapeau d'article : " Objets inanimés, avez-vous donc une âme …"

Milly ou la terre natale

 

Pourquoi le prononcer ce nom de la patrie ?

Dans son brillant exil mon coeur en a frémi ;

Il résonne de loin dans mon âme attendrie,

Comme les pas connus ou la voix d'un ami.

 

Montagnes que voilait le brouillard de l'automne,

Vallons que tapissait le givre du matin,

Saules dont l'émondeur effeuillait la couronne,

Vieilles tours que le soir dorait dans le lointain,

 

Murs noircis par les ans, coteaux, sentier rapide,

Fontaine où les pasteurs accroupis tour à tour

Attendaient goutte à goutte une eau rare et limpide,

Et, leur urne à la main, s'entretenaient du jour,

 

Chaumière où du foyer étincelait la flamme,

Toit que le pèlerin aimait à voir fumer,

Objets inanimés, avez-vous donc une âme

Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?...

 

Alphonse de Lamartine